01 mars

Mise en examen programmée de François Fillon.

En droit, l'enquête pénale menée par le Parquet national financier se terminant par une ouverture contre X signifie qu'il n'y avait ni charge, ni indice grave ou concordant contre quiconque au moment de la saisine des juges d'instruction.

Une convocation pour mise en examen sans aucun élément nouveau et sans en passer par une garde à vue ( FF n'a été entendu que comme témoin) est un non sens juridique même si c'est possible.

Cela démontre, avec la date de convocation au 15 mars (!), 2 jours avant la clôture du dépôt de candidatures pour la présidentielle, que la procédure est complètement orientée et que la Justice prend en otage l'élection présidentielle.

Une tentative de coup d'état judiciaire, ni plus, ni moins.

Jean-Paul Garraud

President de l'Association professionnelle des magistrats

Lu 1024 fois