Dernières parutions

  • FERDINAND LOP, LEGISLATEUR lundi, 17 juillet 2017
    Ferdinand LOP avait inscrit à son programme électoral « l’extinction du paupérisme après 10h. du soir ». Le Sénat semble lui emboîte le pas, puisqu’il vient, en somme, de décréter l’extinction du terrorisme le 21 décembre 2021 à minuit…
    En savoir plus...
  • Ainsi, c’est officiel : le budget de la justice –qui, comme nul ne l’ignore, est pléthorique et surabonde de crédits inutiles, dont il est urgent de priver juridictions, prisons et autres services qui fonctionnent dans des conditions optimales de ressources, en personnels et en moyens matériels, et, à la satisfaction…
    En savoir plus...
  • APRES L’EPHEMERE DE PAU jeudi, 22 juin 2017
    Après le départ de M. BAYROU -qui restera comme l’un des titulaires les plus brefs et les moins investis dans la fonction que l’on ait connus-, la désignation de son successeur soulève d’abord une interrogation institutionnelle : c’est, en effet, un mauvais coup pour l’autorité morale et le crédit du Conseil…

Adhérez à l'APM

TAUBIRA un jour, TAUBIRA toujours?"

Le tout nouveau jeune ministre de l'économie avait naguère sans ambages expédié au cimetière les idées de la "gauche classique", qualifiées d'"étoiles mortes".

La reconduction, une fois de plus, de Mme Taubira à la justice fait ainsi, plus que jamais, figure d'incompréhensible incongruité.

On ne s'attardera pas sur la bizarrerie qui consiste à la distinguer du sort de ses amis évincés du Gouvernement, en dépit de sa proximité avec eux et du soutien notoire qu'elle venait encore de leur apporter... : singulier gage de "cohésion", d' "unité" et de "clarté"...

Mais, peut-être, fallait-il ne pas désespérer complètement les Billancourt d'un électorat déboussolé par ces jeux de sérail et ces cahots idéologiques et leur éviter, par cet os à ronger, de trop se demander s'il leur faut désormais "s'excuser d'être de gauche"...

Il faut, en revanche, souligner la persévérance dans le reniement d'un Premier ministre, qui, ministre de l'intérieur, avait su, avec force, se démarquer des aberrations de sa collègue, allant même jusqu'à qualifier de "fragile" le "socle de légitimité" de son projet de réforme pénale -ce qui valait condamnation sans appel du projet ! Or, c'est le même qui aura, finalement, laisser voter ce texte -et, qui plus est, sensiblement aggravé par rapport aux arbitrages rendus-, jetant ainsi le masque de ce qui n'était que postures de circonstance et de pure communication, ne craignant pas de sacrifier ainsi les impératifs de la sécurité publique à des considérations partisanes, au mépris des attentes exaspérées de l'immense majorité de nos concitoyens.

En fait d'"étoiles mortes", il n'en est pas de plus éteintes que les conceptions archaïques, nées au siècle dernier, voire encore plus tôt, dans des officines idéologiques déconnectées de toute conscience des réalités humaines et sociales de la criminalité, dont Mme Taubira et les milieux "bobos" qui l'adulent se font les très ringards et nocifs zélateurs, au mépris de l' expérience et du démenti constant des faits, en France comme à l'étranger.

Faudra t'il donc que les questions de justice et de sécurité, dans ce gouvernement, restent à l'écart des remises en question et aggiornamentos que l'on affiche dans le domaine économique ? Et, que l'astre mort des idées de la "gauche classique" en la matière continue à baigner de ses sombres rayons le 13 de la place Vendôme ?

28 août 2014,

Le Bureau de la nouvelle APM