Dernières parutions

  • QUAND LE CONS. CONS. FAIT DES MIRACLES… dimanche, 18 novembre 2018
    « C’est un miracle », s’est exclamée Mme Murielle Bolle en apprenant la décision rendue ce jour par le Conseil Constitutionnel sur la demande qu’elle avait formulée d’annulation de sa garde à vue initiale, en 1984, au titre d’une question prioritaire de constitutionnalité, transmise –fort imprudemment-, au Conseil par la Cour de…
    En savoir plus...
  • La transmission, par la Cour de Cassation, d’une question prioritaire de constitutionnalité (Q.P.C.) au Conseil constitutionnel, relative à l’absence d’avocat auprès d’une prévenue lors d’une garde à vue qui s’est déroulée… il y a 34 ans, illustre de manière caricaturale la dérive –qui était par trop prévisible-, de cette procédure…
    En savoir plus...
  • CASSER LES CASSEURS jeudi, 03 mai 2018
    Les récents et graves incidents du 1er mai à Paris posent –outre la question ponctuelle de la carence des pouvoirs publics face à une menace précise et connue-, une fois de plus, après bien d’autres, celle de la répression de tels agissements commis en groupe dans l’espace public : c’est une…
    En savoir plus...

Adhérez à l'APM

Toutes les dénégations de la Chancellerie n’y pourront rien : pour tous ceux qui connaissent l’actuel procureur général de Paris, François FALLETTI –professionnel discret et modeste, qui n’a jamais été porté sur les coups d’éclat ou le scandale médiatique-, la version qu’il donne de son entretien au cabinet de Mme TAUBIRA est bien conforme à la réalité des faits, et, il est évident qu’il y a eu pression pour obtenir son départ volontaire du poste qu’il occupe –sans doute jugé politiquement stratégique, alors que (pure coïncidence ?) la ministre est mise en cause dans une affaire suivie, justement, à Paris.

Nouvelle coqueluche de la presse people, Mme TAUBIRA, entre deux épanchements dans Paris-Match sur ses «blessures secrètes» (destinées donc… à ne plus le rester ! pas plus que le mépris qu’elle y affichait, cyniquement, pour les syndicats de magistrats, passé trop inaperçu…), avait convie le public, les 10 et 11 janvier, dans l’enceinte de l’UNESCO, à rêver « la Justice du 21ème siècle ».

Alors que, de jour en jour, s'accumulent les révélations sur les mensonges, tricheries et faux qui auront permis à une famille en situation irrégulière de demeurer sur le sol français et jouir de tous les avantages d'un statut si généreux –illustration jusqu'à la caricature des dérives du droit d'asile-, l'attitude des pouvoirs publics dans ce que l'on se refuse à appeler « l'affaire Léonarda » -pour ne pas ajouter au ridicule et à la honte qu'ils jettent sur notre pays en se mettant en transes pour cette collégienne et le cas, aussi minuscule qu'indéfendable, dont elle est l'aberrante héroïne-, ne peut que consterner ceux qui ont le moindre souci de l'honneur national, de la dignité des fonctions gouvernementales, et, du respect de l'Etat de Droit :

Suite aux actions engagées par l'Association PARENTS CONTRE LA DROGUE –dont le dépôt d'une plainte pénale contre X mettant notamment en cause le Premier Ministre et la Ministre des affaires sociales et de la santé –qui viennent de connaître un premier et très encourageant succès devant le Conseil d'Etat-, visant l'ouverture prévue d'une salle de consommation supposée contrôlée de produits stupéfiants durs –communément désignée comme « salle de shoot »-, à Paris, la nouvelle Association professionnelle des magistrats, en solidarité avec Parents Contre la Drogue, tient à exprimer sa vive préoccupation devant une expérience dont la finalité idéologique est manifeste, derrière un prétexte sanitaire abusif, qui n'est ni scientifiquement fondé ni suffisamment validé par l'expérience d'autres pays, et, qui est en contradiction avec le droit en vigueur.

Le projet de loi déposé, qui se dit –non sans humour ou cynisme, et, en tout cas, par antiphrase-, « relatif à la prévention de la récidive et à l’individualisation des peines », présenté, malgré les réticences non dissimulées de certains de ses collègues ministres, par Mme TAUBIRA, est une illustration, et, à un point peu commun, d’une espèce de novlangue, qui renverse le sens des mots et qui aurait pu se retrouver dans Orwell, avec des formules du type : « la répression, c’est le laxisme », « la sanction, c’est l’impunité », ou « la liberté, c’est la contrainte»…