Dernières parutions

  • PENITENTIAIRES A LA PEINE vendredi, 19 janvier 2018
    Les mouvements qui agitent les prisons ces jours-ci s’inscrivent dans un délitement institutionnel qui vient de loin.
    En savoir plus...
  • En dehors de tout débat sur l’opportunité de construire un aéroport sur le site de Notre-Dame-des-Landes, la décision de M. Macron et de son gouvernement, tant par les conditions dans lesquelles elle est intervenue que par le message qu’elle envoie aux milieux de la délinquance et de la criminalité, attente…
    En savoir plus...
  • DES CHANTIERS POUR DECHANTER vendredi, 19 janvier 2018
    Suite à la « restitution » faite, le 15 janvier dernier, par Mme Belloubet des cinq rapports qui lui ont été remis dans le cadre des « chantiers de la justice », on ne peut manquer, échaudé par les précédents d’opérations de communication à grand spectacle qui font un peu partie des figures imposées…
    En savoir plus...

Adhérez à l'APM

Dernières parutions

 On dit traditionnellement de la justice, depuis MONTESQUIEU, qu’elle est le “troisième pouvoir”. Mais, dans notre histoire institutionnelle, ce pouvoir tiers a plutôt, jusqu’ici, fait figure de “tiers exclu”, de “parent pauvre”, au sein du pouvoir -oserais-je dire de “tiers-état” du pouvoir ?... Faudrait-il, alors, comme l’Abbé SIEYES, dans sa fameuse brochure à la veille de la Révolution “Qu’est-ce que le tiers-état ?”, se demander, de ce “tiers état” judiciaire : “Qu’a-t-il été jusqu’à présent dans l’ordre politique ? Rien. Que demande-t-il ? A y devenir quelque chose”.

themisCréée en 1981, l’A.P.M. était porteuse de la révolte d’un grand nombre de magistrats, heurtés par les nouvelles orientations de la politique pénale issues de l’alternance politique de la même année : dans l’ivresse idéologique de leur victoire, les nouveaux responsables des affaires publiques affichaient en effet bruyamment leur volonté de rupture avec les valeurs et conceptions qui avaient, jusque-là, inspiré la législation et les pratiques en la matière, en particulier, devant la montée constante des violences et de l’insécurité, les réformes judicieuses adoptées sous l’impulsion du garde des sceaux Alain PEYREFITTE pour réduire l’érosion des peines et rendre plus efficaces les procédures.