Dernières parutions

  • UN « BAVARD » BIEN TAISANT… dimanche, 12 juillet 2020
                    A l’heure où le drame de Bayonne vient, pour le malheureux chauffeur de bus massacré par une horde de « racailles », de connaître sa tragique conclusion –témoignant, hélas parmi tant d’autres « faits divers » que charrie l’actualité quotidienne, de l’ensauvagement de certains milieux dans notre pays, qui ne se contentent pas…
    En savoir plus...
  •                 L’éviction de Mme Belloubet de la Chancellerie sanctionne, à juste titre, un parcours dont on ne retiendra que la honteuse mise en sommeil de la justice sous prétexte de la crise sanitaire –comme si elle ne faisait pas partie des services publics essentiels qui devaient continuer à fonctionner, coûte…
  • Rien n’est plus « délétère » -pour reprendre le terme utilisé récemment par Mme Belloubet pour justifier la saisine du Conseil supérieur de la magistrature par M. Macron après les déclarations de l’ex-procureur national financier, Mme Eliane Houlette-, que le virus du soupçon quand il frappe une procédure judiciaire, faisant naître la…
    En savoir plus...

Adhérez à l'APM

Association Professionnelle des Magistrats - la nouvelle association professionnelle des magistrats

En attendant le « Grenelle » annoncé par une sous-ministre -qui piétine, une fois de plus, allègrement les plates-bandes de sa collègue à la Justice sans que cette dernière semble s’en émouvoir-, les surenchères dans la plus crasse inculture juridique et linguistique vont bon train ; avec, entre autres, une forte pression de pétionnaires en folie pour introduire dans le code pénal un crime spécifique de « féminicide », censé viser les homicides de femmes dans le cadre du couple (faut-il rappeler qu’un « homicide », en bon droit et en bon français, ce n’est pas la mort donnée à être humain mâle, mais à un être humain quels que soient son sexe ou ses autres caractéristiques ?).

La longue interview donnée par Eliane Houlette en quittant le parquet national financier, dans Marianne de la semaine dernière, semble être passée très inaperçue, et, c'est fort dommage, car ce plaidoyer pro domo laisse pantois sur ce qui aura été son plus beau "coup" à la tête de cette très discutable institution (que nous avions dénoncée dès l'origine).

Après l’odieuse agression de Mme Magali Tabareau, conseillère à la cour d’appel de Versailles et présidente de cour d’assises, l’A.P.M. exprime sa vive émotion et son extrême indignation, en assurant la victime et ses proches de toute sa sympathie.