Dernières parutions

  • La transmission, par la Cour de Cassation, d’une question prioritaire de constitutionnalité (Q.P.C.) au Conseil constitutionnel, relative à l’absence d’avocat auprès d’une prévenue lors d’une garde à vue qui s’est déroulée… il y a 34 ans, illustre de manière caricaturale la dérive –qui était par trop prévisible-, de cette procédure…
    En savoir plus...
  • CASSER LES CASSEURS jeudi, 03 mai 2018
    Les récents et graves incidents du 1er mai à Paris posent –outre la question ponctuelle de la carence des pouvoirs publics face à une menace précise et connue-, une fois de plus, après bien d’autres, celle de la répression de tels agissements commis en groupe dans l’espace public : c’est une…
    En savoir plus...
  • Le « mammouth » législatif présenté le 20 avril par la garde des sceaux appelle les brefs commentaires suivants, pour aller à l’essentiel, en passant sur l’ « emballage » médiatique, avec ses formules ronflantes –c’est la loi du genre-, qui feront, comme d’habitude, avec le recul et à l’aune des résultats effectifs, sourire…
    En savoir plus...

Adhérez à l'APM

Dernières parutions

Les propos ahurissants tenus par M. HOLLANDE sur la magistrature dans un récent ouvrage publié ne signent pas seulement la médiocrité de caractère et la vulgarité de pensée d’un personnage qui a, manifestement, atteint depuis longtemps son plus haut niveau d’incompétence, elles représentent, de la part de celui qui est, de par la Constitution, le « garant de l’indépendance de l’autorité judiciaire », une haute trahison de l’un de ses devoirs essentiels.

La décision de la Cour d'appel de Versailles, après un réquisitoire d'absolution civile pour Kerviel et d'inversion de la charge du préjudice au détriment de la Société générale, très largement suivi par l'arrêt, soulève quand même certaines questions juridiques et risque de susciter une grande incompréhension chez nos concitoyens -pour ceux, du moins, qui ne se sont pas laissé intoxiquer par les campagnes médiatiques de M. KERVEL et de son avocat.

22 septembre

En 2012, j'étais le rapporteur à l'Assemblée nationale d'une loi qui a été votée et qui prévoyait notamment la création de 24397 places de prison supplémentaires à l'horizon 2017.

Dans l'hémicycle, les plus virulents opposants à cette loi n'étaient autre que jean-jacques URVOAS et dominique RAIMBOURG qui aujourd'hui sont respectivement Ministre de la Justice et Président de la commission des lois à l'Assemblée Nationale.