Dernières parutions

  • La transmission, par la Cour de Cassation, d’une question prioritaire de constitutionnalité (Q.P.C.) au Conseil constitutionnel, relative à l’absence d’avocat auprès d’une prévenue lors d’une garde à vue qui s’est déroulée… il y a 34 ans, illustre de manière caricaturale la dérive –qui était par trop prévisible-, de cette procédure…
    En savoir plus...
  • CASSER LES CASSEURS jeudi, 03 mai 2018
    Les récents et graves incidents du 1er mai à Paris posent –outre la question ponctuelle de la carence des pouvoirs publics face à une menace précise et connue-, une fois de plus, après bien d’autres, celle de la répression de tels agissements commis en groupe dans l’espace public : c’est une…
    En savoir plus...
  • Le « mammouth » législatif présenté le 20 avril par la garde des sceaux appelle les brefs commentaires suivants, pour aller à l’essentiel, en passant sur l’ « emballage » médiatique, avec ses formules ronflantes –c’est la loi du genre-, qui feront, comme d’habitude, avec le recul et à l’aune des résultats effectifs, sourire…
    En savoir plus...

Adhérez à l'APM

Dernières parutions

Les exactions répétées commises ces derniers temps par des groupes de « casseurs », place de la République et ailleurs –outre l’intolérable existence, en divers endroits du territoire, de zones illégalement occupées, en dépit de décisions de justice restées lettre morte, et, livrées à toutes sortes de désordres et de violences-, pose, de nouveau, la question de la répression de tels agissements.

Alors que M. Hollande, tirant avec réalisme la leçon de quatre mois d’un débat –surréaliste-, au sujet de la déchéance de nationalité, venait expressément de clore le chapitre de la révision constitutionnelle -y compris sur le Conseil supérieur de la magistrature-, le Gouvernement et sa majorité ont, sans désemparer, remis la question à l’ordre du jour parlementaire : palinodie présidentielle, ou, cacophonie dans l’exécutif ?...

On ne peut qu’exprimer sa consternation devant la campagne d’opinion qui cherche à obtenir une grâce présidentielle en faveur de Mme Sauvage, condamnée pour le meurtre de son époux, et, on a toutes raisons de redouter que M. Hollande, une fois de plus, comme s’il n’avait rien retenu de la pitoyable « affaire Léonarda » -où on l’avait vu avilir sa fonction, et ridiculiser sa personne en s’abaissant (qui plus est, dans des conditions de dramatisation aussi incongrues, réservées habituellement aux événements majeurs de la vie nationale…), au niveau d’une petite pécore, fille de tricheurs qui avaient abusé de l’hospitalité française-, ne plie devant cet emballement médiatique, qui mêle démagogie compassionnelle, idéologie féministe dévoyée et grégarisme lacrymal irréfléchi.