Dernières parutions

  • La transmission, par la Cour de Cassation, d’une question prioritaire de constitutionnalité (Q.P.C.) au Conseil constitutionnel, relative à l’absence d’avocat auprès d’une prévenue lors d’une garde à vue qui s’est déroulée… il y a 34 ans, illustre de manière caricaturale la dérive –qui était par trop prévisible-, de cette procédure…
    En savoir plus...
  • CASSER LES CASSEURS jeudi, 03 mai 2018
    Les récents et graves incidents du 1er mai à Paris posent –outre la question ponctuelle de la carence des pouvoirs publics face à une menace précise et connue-, une fois de plus, après bien d’autres, celle de la répression de tels agissements commis en groupe dans l’espace public : c’est une…
    En savoir plus...
  • Le « mammouth » législatif présenté le 20 avril par la garde des sceaux appelle les brefs commentaires suivants, pour aller à l’essentiel, en passant sur l’ « emballage » médiatique, avec ses formules ronflantes –c’est la loi du genre-, qui feront, comme d’habitude, avec le recul et à l’aune des résultats effectifs, sourire…
    En savoir plus...

Adhérez à l'APM

Dernières parutions

La piteuse démission de Mme Taubira -dont la présence au Gouvernement faisait chaque jour un peu plus figure, non seulement d’incongruité dans un contexte de tension nationale où ses postures idéologiques anti-pénales frôlaient la trahison morale, mais, d’anomalie civique discréditant la fonction politique, par le mépris qu’elle affichait pour la plus élémentaire solidarité gouvernementale-, est une mesure de salubrité démocratique.

Cinq organisations syndicales de praticiens hospitailers, ont, dans un communiqué commun le 6 janvier dernier, appelé leurs membres à refuser désormais les missions d’expertise judiciaires pour protester contre un décret du 30 décembre 2015 relatif aux collaborateurs occasionnels du service public de la justice.

 

Alors que le Président et son Gouvernement semblent engagés dans une véritable fuite en avant, comme pour tenter d’échapper au poids de leurs responsabilités et de faire oublier le discours de désarmement, juridique et moral, qui a été le leur et celui de toute leur famille de pensée –dont l’actuelle garde des sceaux n’a cessé de donner l’illustration la plus caricaturale-, les Français ne doivent pas être dupes de postures de circonstance ni d’opérations de communication publique, mâtinées d’évidents calculs politiques, qui cherchent à exploiter la légitime émotion de notre peuple. C’est une question de crédibilité : ils peuvent bien affecter de piétiner les « vaches sacrées » qui étaient et restent celles d’une grande partie de leur majorité et des milieux intellectuels qui sont leur terreau naturel –pour qui l’horreur de ce qu’on appelle, chez eux, « dérive », voire « hystérie » sécuritaire est l’un des ciments les plus forts qui les rassemble encore-, ils ne seront jamais les mieux placés pour endosser ce nouvel uniforme…