Dernières parutions

  • CASSER LES CASSEURS jeudi, 03 mai 2018
    Les récents et graves incidents du 1er mai à Paris posent –outre la question ponctuelle de la carence des pouvoirs publics face à une menace précise et connue-, une fois de plus, après bien d’autres, celle de la répression de tels agissements commis en groupe dans l’espace public : c’est une…
    En savoir plus...
  • Le « mammouth » législatif présenté le 20 avril par la garde des sceaux appelle les brefs commentaires suivants, pour aller à l’essentiel, en passant sur l’ « emballage » médiatique, avec ses formules ronflantes –c’est la loi du genre-, qui feront, comme d’habitude, avec le recul et à l’aune des résultats effectifs, sourire…
    En savoir plus...
  • UNE SOUS-PROCEDURE CRIMINELLE lundi, 12 mars 2018
    L’annonce inopinée de la création d’un « tribunal criminel », qui récupèrerait plus de la moitié du contentieux des cours d’assises, n’a rien, en soi, d’une nouveauté : car, comme cela, semble avoir été oublié des médias, c’était l’objet -encore qu’avec des modalités différentes et une beaucoup plus grande cohérence-, d’un projet de…
    En savoir plus...

Adhérez à l'APM

Dernières parutions
22 février

Pour une vraie philosophie pénale

par

Dominique-Henri MATAGRIN

(N.B. Ce texte est tiré d’une conférence donnée en juin 1998 lors d’un colloque organisé par le Club de l’Horloge sur la sécurité, publié dans l’ouvrage « Rétablir la sécurité », paru sous l’égide du Club, et, dans la Revue de l’A.P.M.)

NICE

29 NOVEMBRE 2001

Journée d’études

“LA SECURITE DANS LES VILLES”

VERS UNE DEPENALISATION DE LA PEINE ?

par

Dominique-Henri MATAGRIN,

Président de l’Association professionnelle des magistrats

Sécurité : le maillon faible

Note rédigée en 2002 après l’élection présidentielle

Au moment où un nouveau gouvernement prétend vouloir faire de la lutte contre l’insécurité l’une de ses principales priorités, avec un dynamisme quelque peu spectaculaire, côté ministère de l’intérieur –qui fait contraste avec une certaine atonie, côté ministère de la justice-, il est plus important que jamais de pouvoir disposer d’un bilan sincère et exhaustif de l’existant.