14 janvier

DUPOND-MORETTI : LA PASSE (OU… L’IMPASSE ?) DE TROIS…

L’Association Professionnelle des Magistrats salue la nouvelle reconduction d’Éric Dupond-Moretti à la Justice, formidable symbole, s’il en est, de… « régénération », que ce vieux routier des prétoires, comme de… « réarmement » -lui qui a tant contribué au désarmement juridique et moral de l’Etat contre l’insécurité et la délinquance !

La présence, en effet, de cet avocat qui fut applaudi à son arrivée dans les prisons et qui en est déjà à sa troisième nomination, est la première grosse erreur politique du jeune Premier ministre que M. Macron « a donné à la France » : elle apparaît plus que jamais incongrue, alors que le Gouvernement tente manifestement de corriger son image sur ce terrain, comme un démenti permanent à toute velléité d’évoluer et, un gage donné à la fraction la plus réfractaire de sa majorité relative et des milieux intellectuels en lien avec elle aux attentes réelles des Français en la matière.

Avec lui et malgré des postures de circonstance pour la communication publique, les actuels gouvernants resteront toujours autant les otages d’une idéologie anti-pénale désuète et ruineuse pour la protection publique.

Et ce n’est pas sur celle qui l’a précédé dans ce poste en tenant alors un tout autre discours, lestée d’une lourde mise en examen et, transfuge de sa famille politique qui va devoir assumer maintenant la solidarité gouvernementale envers ceux sur lesquels elle tirait à boulets rouges, qui va pouvoir peser à cet égard sur la ligne suivie…

La vraie « régénération » de l’institution judicaire, comme un authentique « réarmement » pénal, une fois encore, ne seront donc pas au rendez-vous.

Lu 283 fois
Plus dans cette catégorie : « UN MINISTRE PLUS BLANC QUE BLANC