Dernières parutions

  • APRES L’EPHEMERE DE PAU jeudi, 22 juin 2017
    Après le départ de M. BAYROU -qui restera comme l’un des titulaires les plus brefs et les moins investis dans la fonction que l’on ait connus-, la désignation de son successeur soulève d’abord une interrogation institutionnelle : c’est, en effet, un mauvais coup pour l’autorité morale et le crédit du Conseil…
  • QUE RESTE-T-IL DE NOS BAYROU ? jeudi, 22 juin 2017
    M. Bayrou va donc rejoindre la galerie de portraits des ex-gardes des sceaux au rez-de-chaussée de l’hôtel du ministre, place Vendôme. En toute justice, il ne devrait avoir droit qu’à une miniature, eu égard, tant à la brièveté exceptionnelle de son passage qu’au désintérêt à peu près total dont ce…
    En savoir plus...
  • On nous avait promis, avec l’élection de M. MACRON, un « nouveau monde », où la « vieille politique », avec ses acteurs d’un autre âge –celui de nos « grands-mères » et de leurs « anciens francs », comme le disait l’un des ministres transfuges de son camp, avec…
    En savoir plus...

Adhérez à l'APM

TAUBIRA un jour, TAUBIRA toujours?"

Le tout nouveau jeune ministre de l'économie avait naguère sans ambages expédié au cimetière les idées de la "gauche classique", qualifiées d'"étoiles mortes".

La reconduction, une fois de plus, de Mme Taubira à la justice fait ainsi, plus que jamais, figure d'incompréhensible incongruité.

Surréalisme pénal…

Avec un rare sens de l’opportunité, alors que notre pays se trouve confronté de plein fouet à la menace terroriste du fanatisme islamique, et, que les Français viennent, par deux votes successifs sans appel, d’exprimer leur exaspération face à l’actuelle majorité politique va donc s’ouvrir, à l’Assemblée nationale, la discussion sur l’effarant projet pénal de Mme Taubira : il y a là quelque chose de surréaliste !

FRITURE SUR LA LIGNE GOUVERNEMENTALE… OU PLUS MALADROITE QUE MOI, TU MEURS !

Mme Taubira s’embourbe, décidément, de jour en jour un peu plus dans ses contradictions au sujet l’ « affaire des écoutes » : désavouée par son Premier ministre, elle avait vu revenir en boomerang les papiers qu’elle avait cru bon d’agiter pour protester de sa bonne foi, et, en est réduite aujourd’hui –elle que l’on a connue si péremptoire, cassante et haineuse à, l’égard de ses adversaires, à plaider et faire plaider par ses amis, bien piteusement, la simple « maladresse », pour ce qui ne peut apparaître que comme un mensonge caractérisé…

Après Léonarda, Kerviel ?...

Alors que se poursuit le ridicule et indécent « feuilleton Kerviel », qui voit un condamné à une peine définitive –prononcée après instruction, deux procès et confirmation par la Cour de Cassation-, tenter, à force de pitreries médiatiques, d’échapper à sa sanction, il est grand temps que toutes les mesures soient prises –y compris l’engagement d’une procédure d’extradition sans délai, s’il le faut- pour faire tout simplement respecter la loi et les décisions de justice.

VERS UNE JUSTICE DE PENELOPE, OU, LE GRAND DETRICOTAGE DES SANCTIONS PENALES…

Chaque année 14 a les unions sacrées qu’elle mérite : ce n’est plus, aujourd’hui, contre l’empire allemand, comme il y a un siècle, mais… contre la justice.

Deux parlementaires, en effet, un de la majorité et un de l’opposition, viennent de se liguer pour faire adopter –comme on peut le craindre-, à une très large majorité si ce n’est, même, à une quasi-unanimité, une proposition de loi « relative à la réforme des procédures de révision et de réexamen d’une condamnation pénale définitive ».