img01

Dernières parutions

  • « PRENDS L’OSEILLE ET TIRE TOI ! » mercredi, 14 septembre 2022
    Tonitruante annonce du ministre de la justice : le ventilateur à milliards qu’un Etat pourtant banqueroutier actionne à tour de bras de manière quasi-hebdomadaire pour tenter de calmer, l’un après l’autre, les mécontentements, va, cette fois, tourner au profit de la Magistrature, avec une augmentation des rémunérations de ses membres.
    En savoir plus...
  • Plus fort que le karting, l’entraînement au rodéo urbain… : à Fresnes, la « réinsertion » bat décidément son plein. On apprend, en effet, qu’avant les ébats ludiques dans la piscine (avec, paraît-il, un membre du personnel de direction –mais, on se rassure, Koh Lanta à la mode carcérale, ce n’est pas pour…
    En savoir plus...
  • Les quatre arrêts rendus par la Chambre criminelle de la Cour de Cassation le 12 juillet dernier en matière d’accès par les services d’enquête et d’instruction aux données de connexion détenues par les opérateurs de services de télécommunications électroniques auront, s’il en est fait application effective, des conséquences catastrophiques pour…
    En savoir plus...

Adhérez à l'APM

Incarcération manifestant anti mariage gay, déclarations C.TAUBIRA.

lien-figaroLes déclarations de Mme TAUBIRA, Garde des Sceaux, rejetant la responsabilité de l’incarcération de Nicolas Bernard-Buss , condamné à quatre mois d'emprisonnement dont deux ferme suite à la manifestation anti mariage gay, sur la législation de la précédente majorité, sont totalement de mauvaise foi ou relèvent d’une rare incompétence.

Tout d’abord, la loi sur les peines planchers ne s’appliquait certainement pas à ce jeune homme qui n'est pas un récidiviste au sens juridique du terme.

Ensuite, même si elle s’appliquait, les juges sont toujours libres de "descendre en dessous du plancher" en motivant leur condamnation.

Car, contrairement à la propagande gouvernementale, la loi sur les peines planchers n’entraîne pas une automaticité dans la sanction.

Enfin, mettre en cause la procédure de comparution immédiate, c’est surtout mettre en cause le Procureur de Paris qui a choisi cette voie procédurale.

Procédure qui existe depuis de très nombreuses années et qui a été utilisée quel que soit le gouvernement en place.

En réalité, devant le tollé provoqué par l’incarcération de ce jeune manifestant, alors que de nombreux récidivistes avec casier judiciaire à rallonge restent impunis, la Garde des Sceaux tente d’allumer de lamentables contre-feux qui ne trompent personne.

1er juillet 2013

Jean-Paul GARRAUD

Magistrat

Président de l’Association professionnelle des magistrats